L'arbre de Judas

David Moray a toujours su dire le mot qui convient, faire le geste approprié pour servir ses intérêts, mais il aurait été horrifié qu'on le traite d'opportuniste avec la nuance de mépris qui s'attache généralement au terme, car il a toujours su aussi trouver de bonnes excuses pour se justifier. Sa réussite matérielle témoigne de cette habileté à conduire sa barque. Tout frais émoulu de l'Ecole de médecine, il a épousé la fille d'un propriétaire de laboratoires qui l'a associé à ses affaires; devenu veuf la cinquantaine passée, il possède une grande fortune, une collection de tableaux et de porcelaines, un domaine en Suisse. Il ne manque que du bon sommeil réservé aux justes : il est hanté par la trahison qui est à l'origine de sa richesse, l'abandon de sa fiancée Mary Douglas pour Doris, l'héritière. Dans un sursaut tardif, il se rend en Ecosse pour tenter d'apaiser ses remords. Mary est morte mais lui paraît comme réincarnée dans sa fille Kathy. L'aider, l'aimer, déjà David prépare les voies pour rebâtir un bonheur... à sa propre mesure. Il a compté sans l'habile Frida von Altishofer dont l'opportunisme égale le sien et qui n'épargne rien pour se l'attacher. Mais qui peut se vanter de garder pour soi ce qui est plus fuyant que l'onde ?

Langue originale : 
Anglais
Editeur : 
Paris : Albin Michel, 1962
Genre : 
Support : 
Daisy audio
Durée : 
15 h 35 mn
Adaptation : 
Association Valentin Haüy
Tranche d'âge : 
adulte

Extrait sonore